Bienvenue sur le 9 à 5 Zen !
Si vous êtes nouveau, vous voudrez sans doute lire mes 2 trucs pour réduire votre stress en 60 secondes : Cliquez ici pour télécharger ces 2 astuces gratuitement!
Merci pour votre visite et à bientôt! 😊

Les vertus de la naïveté : Que feriez-vous si vous ne pouviez pas échouer?

Optimisme, Jeunes femmes, Golden Gate Bridge, San Francisco, Ciel nuageux

Ces dernières semaines, j’étais hésitant. Depuis un bon moment déjà, je souhaitais poser deux gestes qui me sortiraient de ma zone de confort.

Le premier était purement personnel. À la fin de l’automne, je m’étais promis d’écrire à quelqu’un. Le temps passait, et je repoussais sans cesse cette communication.

Toutes les excuses semblaient bonnes pour justifier cette procrastination. Manque de temps, manque d’inspiration, fatigue, envie de relaxer en fin de soirée, et j’en passe.

La seconde action était de nature professionnelle. Je voulais commencer un podcast. Je suis un grand amateur de podcast et j’étais tenté par cette aventure qui me permettrait un contact différent avec vous. Je me disais : « ce serait une belle expérience… pourquoi pas? »

Eh bien, j’ai vite répondu à cette question! Manque de temps, trop occupé ailleurs, complications techniques, difficultés à choisir le bon équipement, les bons logiciels, le bon service d’hébergement pour mon podcast, etc.

Fini les excuses!

Voyant combien je remettais à plus tard ces deux actions en particulier, j’ai décidé de passer aux choses sérieuses. J’allais en faire mes priorités!

Sachant à quel point des objectifs clairs et précis augmentent les chances de passer à l’action, je me suis fixé des objectifs très concrets, mesurables, avec une date butoir. J’ai donc pris un crayon et un papier et j’ai écrit.

Le premier objectif ressemblait à ceci : « Telle date, à telle heure, j’aurai envoyé un courriel à telle personne. » Pour le podcast, j’ai choisi un objectif intermédiaire : « Telle date, à telle heure, j’aurai enregistré au moins deux tests complets de mon premier épisode. »

Clair, simple, précis et efficace.

Efficace? Pas cette fois.

Alors que j’avais utilisé cette approche avec succès à plusieurs reprises par le passé, cette fois, je n’en fis rien. La date butoir passa et aucun de mes objectifs n’avait été rencontré. Après des jours, puis des semaines, toujours rien.

J’avais progressé sur plusieurs autres fronts, atteint d’autres objectifs, mais ceux-là, non.

La peur

J’ai fini par comprendre qu’au-delà de toutes mes excuses, une seule était vraiment en cause : j’avais peur.

Peur d’une réaction négative, d’une absence de réaction, ou même, bizarrement, d’une réaction positive. Peur d’avoir l’air ridicule. Peur du jugement. Peur de l’échec. J’étais intimidé et effrayé par ces deux objectifs et je les repoussais sans cesse.

La journée où il est impossible d’échouer

Dans un moment d’autocritique particulièrement bien sentie (OK, je l’avoue, c’était de l’autoflagellation!), je me suis rappelé une citation qui va comme suit :

« Que tenteriez-vous si vous étiez certain de ne pas échouer? »

On ne parle pas ici d’une simple hypothèse ou d’une croyance. Non. Vous SAVEZ qu’il vous est impossible d’échouer! En me posant la question, la réponse était évidente.

Si j’avais la certitude de réussir, j’écrirais ce courriel sur-le-champ et, le jour même, j’enregistrerais des tests de podcast. J’ai décidé de jouer le jeu. En fait, j’ai joué le jeu au point de noter à mon agenda une journée précise où il serait absolument impossible d’échouer.

Au début, j’ai évidemment trouvé l’exercice un peu enfantin, voire même ridicule. Je me suis tout de même engagé à le faire jusqu’au bout. À cette date précise, je m’engageais à sortir du lit avec l’absolue conviction que tout ce que j’essaierais se transformerait inévitablement en succès.

Le retour des doutes… et du père Noël!

Je savais que, ce jour-là, mon esprit finirait tôt ou tard par produire une avalanche de doutes. Je m’étais donc promis de répondre à ces pensées en me disant que, si ces doutes étaient bien valables pour tous les autres jours de l’année, ce jour-là, ils ne le seraient pas.

Lorsqu’un doute se pointerait, je répondrais : « Oui. Tu as bien raison. Je suis d’accord avec toi. Si aujourd’hui était une journée comme toutes les autres de l’année, je serais actuellement en train de foncer tout droit vers l’échec et le ridicule. C’est justement pour ça que je le fais aujourd’hui! Et je n’ai que 24 heures alors il faut faire vite! »

Bref, ce jour-là, j’acceptais de me comporter comme un enfant qui croit toujours au père Noël.

Quatre bonnes tasses de naïveté

Contre toutes attentes, j’ai finalement, le jour venu, atteint mes deux objectifs.

Je m’étais convaincu d’agir, pour cette seule et unique journée, comme si tout était possible. Et je l’ai fait. Parce qu’en fin de compte, c’est tout ce qui importe : agir.

Je n’avais pas réellement à y croire. J’avais simplement à me demander comment je me comporterais si j’avais ingurgité quatre tasses de naïveté.

Que ferait ce Jean-Denis après avoir perdu toute capacité à douter de lui-même? Je n’avais qu’à l’imaginer, puis à l’imiter, sans me poser de questions, pendant 24 heures.

Et ça a marché.

Les vertus d’une journée de naïveté délibérée

Comme je l’anticipais, les doutes sont revenus me hanter le soir même, au moment où je tentais de m’endormir. Après tout, la journée tirait à sa fin. Il était donc logique que la magie de la naïveté commence à se dissiper!

À ma grande surprise, j’ai alors constaté qu’une deuxième voix répondait rapidement à ces doutes : « Et alors? Tant pis! Peu importe ce que ça donnera en fin de compte, je suis fier d’avoir osé! »

Ce soir-là, j’ai compris les vertus d’une petite journée de naïveté délibérée.

L’idée n’est pas de tout régler à coup de pensée magique. L’idée est plutôt de nous recentrer sur une chose que nous aimerions vraiment accomplir, mais que nous n’osons pas faire. Puis d’oser faire un premier pas.

Une journée par mois

Essayez, la prochaine fois que vous serez bloqué dans votre liste d’objectifs.

Par exemple, vous parlez depuis des mois de vous inscrire à un cours de théâtre, mais, bizarrement, vous n’avez « jamais eu le temps » de le faire. Ou vous rêvez depuis des années d’écrire un livre, mais n’avez jamais commencé.

Prenez votre agenda et choisissez une journée dans le mois. Au cours de cette journée, vous agirez comme si, durant 24 heures, il vous était absolument impossible d’échouer. Puis, inscrivez pour cette journée précise une première action qui vous lancerait sur ce nouveau projet.

Qu’il s’agisse d’écrire à l’école de théâtre, de vous inscrire au gym, d’écrire le plan de votre premier livre, ou d’appeler ce membre de votre famille avec qui vous êtes en froid depuis des années, engagez-vous à faire ce premier pas à cette date précise… cette date où il vous sera impossible d’échouer.

Et comme vous n’aurez que 24 heures, vous n’aurez pas une seconde à perdre!😉



 
Image : Ian Schneider

Pourquoi ne pas enseigner la méditation pleine conscience à nos enfants?

On le sait, nos enfants sont de plus en plus stressés. Assis dans les classes du matin au soir, leurs journées sont réglées au quart de tour. Devant l’obligation d’apprendre et de suivre le rythme imposé par leur classe, ceux-ci se sentent de plus en plus anxieux.

Pour leur venir en aide, des chercheurs ont eu l’idée de leur enseigner la méditation pleine conscience. Et ça marche.

Continuer la lecture de « Pourquoi ne pas enseigner la méditation pleine conscience à nos enfants? »

Comment gérer son temps et ses priorités à l’aide de la matrice d’Eisenhower

« Quel est votre but? Quelle est votre vision? Sans but et sans vision, vous ne faites que dériver et vous n’aboutirez nulle part. »
– Arnold Schwarzenegger

Avez-vous parfois de la difficulté à gérer votre temps et vos priorités? C’est aussi mon cas. Récemment, je me suis mis à utiliser un outil appelé la matrice d’Eisenhower pour mieux y arriver. Voici comment je l’utilise.

Au cas où vous vous poseriez la question : oui, il s’agit bien d’un outil conçu par Dwight D. Eisenhower, le 34e président des États-Unis.

Continuer la lecture de « Comment gérer son temps et ses priorités à l’aide de la matrice d’Eisenhower »

La peur, la confiance en soi et l’action

Manque de confiance, peur, action

« Faites, chaque jour, une chose qui vous fait peur »
– Eleanor Roosevelt.

Il y a deux façons de voir la relation entre la peur, la confiance en soi, et l’action. La première est que la confiance précède l’action, ce qui ressemble à ceci:

« J’ai confiance en moi, j’ose donc passer à l’action… »

« Je n’ai pas peur de cela (parler en public, aborder un étranger, quitter mon emploi, retourner aux études, etc.), j’ose donc agir… »

Cette façon de voir s’illustre aussi de la manière suivante:

« Si seulement j’avais plus confiance en moi, j’agirais… »

« Si seulement j’avais moins peur de cela, j’essayerais… »

Autrement dit, le manque de confiance en soi et la peur sont ici perçus comme les causes de l’inaction. La solution serait donc d’augmenter mon estime de moi ou d’atténuer ma peur pour réussir à passer à l’action.

Je ne suis pas un grand partisan de cette vision des choses.

Continuer la lecture de « La peur, la confiance en soi et l’action »

Stress et épuisement professionnel : La méditation pleine conscience à la rescousse des travailleurs de la santé

Épuisement professionnel, médecin, infirmière, santé

Êtes-vous régulièrement sous pression au travail? Épuisés, stressés, vos collègues tombent comme des mouches? Cette étude devrait vous intéresser. Des chercheurs ont mesuré l’efficacité de la méditation pleine conscience pour atténuer le stress vécu par les professionnels de la santé, particulièrement à risque d’épuisement professionnel. Et ça marche.

Les chercheurs ont demandé aux participants : « sur une échelle de 1 à 10, quel impact le programme de réduction du stress basé sur la pleine conscience a-t-il eu sur votre vie?  »

La moyenne des réponses était de 9,2 sur 10.

Continuer la lecture de « Stress et épuisement professionnel : La méditation pleine conscience à la rescousse des travailleurs de la santé »

Exercices de respiration antistress : La respiration alternée

Respiration alternée : un exercice antistress

Cet article est le second d’une série portant sur les exercices de respiration antistress, où je partage avec vous quelques techniques que vous pourrez facilement intégrer à vos journées pour réduire votre niveau de stress.

Aujourd’hui, je vous propose d’essayer la « respiration alternée », un exercice de respiration associé à la pratique du yoga. Si vous avez raté l’article précédent, portant sur la respiration 4-7-8 du Dr Andrew Weil, vous pouvez le retrouver ici.

Bénéfices de la respiration alternée

Cet exercice vise à apaiser l’esprit et le corps et à favoriser une meilleure gestion des émotions. Vous pouvez l’utiliser pour relaxer avant de méditer ou après avoir pratiqué votre yoga. En fait, le yoga et la respiration alternée sont des pratiques associées depuis très longtemps, émanant toutes deux de la médecine traditionnelle indienne.

La respiration alternée peut vous aider à ralentir le rythme des pensées qui s’accélèrent lorsque vous vous sentez anxieux, stressé, lorsque vous tentez de faire trop de choses à la fois ou que vous avez de la difficulté à dormir.

Continuer la lecture de « Exercices de respiration antistress : La respiration alternée »

Exercices de respiration antistress : La technique 4-7-8 du Dr Andrew Weil

Exercice de respiration anti-stress

Cette semaine, j’ai envie de partager avec vous quelques exercices de respiration antistress que j’apprécie particulièrement. Le texte d’aujourd’hui sera le premier d’une série d’articles portant sur ces techniques de respiration.

Ces exercices sont simples et rapides à utiliser. Ils s’intégreront donc très facilement à vos journées, même les plus chargées.

La respiration 4 – 7 – 8 du Dr Andrew Weil

Le premier exercice de respiration que je veux partager avec vous est la « respiration relaxante » (relaxing breath) du Dr Andrew Weil. Je pratique cet exercice de respiration au moins deux fois par jour, avant ma séance de méditation du matin et avant de me coucher le soir.

Comme l’exercice est simple et rapide, je le répète aussi ici et là au cours de la journée. Je l’utilise pour me détendre ou pour travailler, notamment lorsque j’ai besoin de toute mon attention pour écrire ou résoudre un problème complexe.

Il m’arrive aussi de le pratiquer tout simplement pour passer le temps, par exemple lorsque je suis en voiture et que je patiente à un feu rouge. Je suis en train d’attendre de toute façon. Pourquoi ne pas investir une petite minute de ce temps pour ralentir le rythme de mes pensées et relaxer un peu?

Continuer la lecture de « Exercices de respiration antistress : La technique 4-7-8 du Dr Andrew Weil »

Dépression : la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience réduirait le risque de rechute

Dépression : prévenir la rechute ou la récidive

Alors que plusieurs médicaments et thérapies sont disponibles pour traiter la dépression et en prévenir les rechutes, un nouveau joueur commence à faire sa place : la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience. Et les résultats semblent prometteurs.

Continuer la lecture de « Dépression : la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience réduirait le risque de rechute »

Autisme et TDAH: La méditation pleine conscience améliore les relations familiales

Autisme hyperactivité TDAH et méditation pleine conscience

Selon certaines études, la pratique de la méditation pleine conscience pourrait améliorer les relations familiales, notamment chez les familles d’enfants présentant un trouble du développement ou un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Bien que les 3 études que je vous présente ici visent précisément les familles d’enfants autistes ou présentant un TDAH, il est réaliste de croire qu’elles pourraient tout autant s’appliquer à toutes les familles. En effet, si la méditation pleine conscience aide les familles à composer avec l’autisme ou le TDAH (à la fois des parents et des enfants), pourquoi ne pourrait-elle pas venir en aide aux familles qui n’ont pas à composer avec ces défis particuliers?

Continuer la lecture de « Autisme et TDAH: La méditation pleine conscience améliore les relations familiales »